Qui sommes-nous ?

La présidente

(c) Alain Guizard

Marie Derain de Vaucresson est juriste, diplômée en droit privé et criminologie. Elle est cadre du ministère de la Justice.  Elle a été Défenseure des Enfants, adjointe du Défenseur des droits, Secrétaire générale du Conseil national de la protection de l’enfance. Actuellement vice-présidente de la Fondation pour l’enfance, elle est membre d’honneur des Scouts et guides de France dont elle a été Vice-présidente.

Le collège

Une instance permanente composée de 10 personnes à ce jour, elles seront 12 à terme. Elles sont bénévoles, recrutées par la présidente pour leur compétence et expertise (dans les domaines de l’accompagnement et de la médiation, du soin et de l’écoute, du droit et de la justice, et de l’expertise d’usage…). Le Collège prend, sous l’autorité de sa présidente et après le cheminement réalisé avec la victime, la responsabilité de la décision d’un mode de reconnaissance et/ou de réparation. Ce Collège, dès ses premières réunions, a réfléchi, à partir de la diversité des situations, à l’éventail des différents types de reconnaissance et réparation et à leur graduation. Cette réflexion a été partagée avec le Conseil permanent de la CEF. Elle a donné lieu également à une information du fonds Selam, pour lui permettre de suivre et anticiper les ressources à allouer pour la réparation des personnes victimes.

La composition du Collège :

Lorraine ANGENEAU, PhD. Psychologue clinicienne spécialisée dans le traitement des états de stress post-traumatiques. PhD de psychologie humaniste (UQAM- Canada) et Docteur en psychologie (Paris VIII), après 12 ans d’exercice hospitalier (AP-HP et Institut Gustave Roussy : oncologie, soins palliatifs), elle exerce actuellement en pratique libérale à Paris. Enseignante et superviseur à l’ICP – École de psychologues praticiens (écoute et croissance post-traumatique) ; et chercheuse associée au Centre Sèvres :  séminaire pluridisciplinaire sur le pardon.

Brigitte ANGIBAUD, est magistrat honoraire. Elle a été substitut, juge d’instruction, présidente de tribunal, procureur de la République, avocat général, membre de l’Inspection générale de la Justice et a dirigé le service de communication de la Chancellerie. Particulièrement impliquée dans la protection de l’enfance et l’aide aux victimes, au niveau national et local, notamment Outre-mer, elle a fondé dès 1986 une association d’aide aux victimes et de réinsertion. Elle est à l’origine en France du dispositif alerte enlèvement. Elle est également l’auteure d’un Que-sais-je? sur la Justice.

Sabrina BELLUCCI est directrice de Viaduq France Victimes 67, une association d’aide aux victimes. Diplômée de sciences criminelles, elle a été directrice générale de la fédération nationale France Victimes (ex INAVEM – PARIS) de 2007 à 2016. Elle a publié plusieurs articles sur la prise en charge des victimes et a contribué au développement de la justice restaurative en France.

Dominique COUTURIER, magistrat honoraire à Rennes, exerçant des fonctions juridictionnelles au pôle social du tribunal judiciaire de Rennes. Après avoir occupé successivement les postes de substitut à Reims, premier juge d’instruction à Valenciennes, vice-président à Lille, conseiller à Douai, présidents des tribunaux de grande instance de Troyes, Le Havre et Rennes. Il a été président d’une commission d’indemnisation des victimes d’infractions (CIVI) à Rennes.

Xavier DUPONT a effectué sa carrière professionnelle d’administrateur civil au sein des services territoriaux et centraux du ministère chargé des affaires sociales, mobilisé par la mise en œuvre des politiques d’action sociale (enfance, personnes âgées et handicapées), avec un « détour » par le secrétariat général de l’autorité publique indépendante en charge du contrôle des lieux de privation de liberté. Membre plusieurs années du conseil d’administration de la fédération de l’Arche en France, il préside aujourd’hui le conseil d’administration de l’ Association pour l’amitié (APA) à Paris (colocations solidaires).

Solveig FRAISSE, est avocate au barreau de Paris depuis 12 ans. Elle a axé son activité dans la défense des victimes de dommages corporels et psychologiques quels que soient leurs origines : accidents, agressions, viols, attentats, accidents médicaux. Après 2 diplômes en droit de la responsabilité médicales et des produits de santé, elle a suivi un DU spécialisé dans les traumatismes crâniens et le syndrome du bébé secoué. Elle est membre du bureau pénal du barreau de Paris et a aussi rejoint en 2022, l’antenne spécifique des avocats des mineurs.

Daniel GACOIN, éducateur spécialisé, a été dirigeant dans des associations d’action sociale et médico-sociale. Il a principalement exercé ses responsabilités dans le secteur de la protection de l’enfance, auprès de mineurs vivant des situations de danger ou de maltraitance. Consultant depuis plus de 20 ans, il est auteur d’ouvrages de référence sur le management, directeur d’un cabinet de conseil accompagnant des dirigeants du secteur social et médico-social.

Florence HERMITE, est magistrate. Au cours de sa carrière comme juge civil et pénal, puis au sein de la direction des affaires civiles et du sceau, elle a développé une connaissance approfondie des mécanismes de réparation judiciaires comme amiables (commissions d’indemnisation). En mai 2017, elle rejoint le cabinet du Premier ministre en tant que conseillère technique pour la justice. Son portefeuille comprenait notamment la lutte contre les violences conjugales et les violences sexuelles, ainsi que la politique publique de l’aide aux victimes. A ce titre, elle a conseillé le Premier ministre sur la politique mémorielle et indemnitaire en faveur des victimes du terrorisme.

Stéphane JACQUOT Diplômé de l’université Panthéon-Sorbonne et auditeur de l’Institut National des Hautes Études de la Sécurité et de la Justice (INHESJ), il a rejoint la fonction publique. Fondateur de l’association nationale de justice réparatrice, il est l’auteur de plusieurs essais sur la prison et la résilience. Il est élu local.

Jean-Luc SOUVETON, prêtre du diocèse de St-Etienne, accompagnateur depuis de nombreuses années de personnes victimes d’abus notamment sexuels, dans l’Eglise. Personnellement concerné, il s’est formé entre  autres, co animer des parcours de reconstruction pour les personnes abusées. Avec d’autres, il a été un acteur du dialogue exigeant avec les Evêques pour construire des réponses qui prennent en co.mpte le rapport de la CIASE, en réponse aux attentes que les personnes victimes exprimaient depuis de nombreuses années.

Membres associés

Yann MIKAELOFF est Neuropédiatre universitaire à la Faculté de médecine Paris-Saclay et responsable du Centre de Protection de l’Enfant et de l’Adolescent (CPEA) Val-de-Marne/Hauts-de-Seine. Il est responsable d’un DU « Stress et psychotrauma, innovations pour une résilience active » pour les aidants et soignants. Il est expert judiciaire en pédiatrie à la Cour d’appel de Paris et s’intéresse à la médiation et à la justice restaurative.

L’équipe permanente

Une instance permanente composée de :  

  • un secrétaire général qui organise et supervise,
  • un chargé de mission qui gère des dossiers de communication sensibles ou des rapports,
  • un secrétariat qui accueille,
  • des référents de situation (psychologues et juristes) qui écoutent les victimes et recueillent les éléments qu’elles souhaitent confier en cheminant avec elles dans le respect le plus fondamental de leur parole et de leur personne. Cette écoute est portée par une approche essentielle : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? » (Luc 18, 35-43). Les référents, après un cheminement partagé avec la victime, transmettent à l’instance leur synthèse avec leurs hypothèses pour la décision de reconnaissance et/ou de réparation.